Les solutions au chômage

Des Solutions au Chômage de masse

Nous avons déjà écrit à plusieurs reprises sur le sujet dont la cause est simplement tautologique à savoir que le contenu en emploi de la croissance est faible et n’est pas près de s’améliorer. Les sociétés humaines, comme dans le cas d’une entreprise ou d’un produit sont arrivées à une phase  de déclin. Il ne suffit pas de sortir de Harvard ou de Yale pour constater cela. L’espoir est que ce déclin qui est avant tout d’origine financière à des solutions au sud comme au nord. Lorsqu’un produit ou une entreprise arrive en phase de déclin, la solution managériale est la création d’un nouveau produit respectivement  la mise en place d’une nouvelle organisation à défaut d’améliorer  qualitativement ce produit. Par analogie, les sociétés humaines doivent fonctionner de la même manière. Il y a un problème de crise de confiance en l’avenir. Les états rafistolent comme ils peuvent afin d’éviter les explosions sociales. Comme le terme rafistoler le rappelle, ces actions sont provisoires et ne sauraient entériner, le déclin. Comme le déclin de nos sociétés est financier, ses solutions doivent être financières.  La solution est de refondre le financement des activités de chaque société ou des sociétés dans le cadre mondiale.

Les causes du déclin et les solutions envisageables

La première cause est liée au progrès technique qui détruit plus d’emploi qu’elle ne crée. Les entreprises n’ayant pas le choix doivent adapter leur production à ce progrès technique. Elles licencient.

La solution aux problèmes de la productivité, nous l’avons dit et tous grand économiste qui réalise une analyse approfondit du phénomène dira qu’elle est liée au partage du temps de travail ou flexibilité quantitative du travail. En effet, comment comprendre qu’il y a des personnes qui ne peuvent pas travailler 1 heures alors que d’autres font des heures supplémentaires. Aucune explication rationnelle ne peut étayer une telle pratique. Pour les entreprises, l’assouplissement de réduction du temps de travail en temps de baisse des commandes doit être la règle. Elles ne doivent pas licencier, juste ajuster le temps de travail des salariés à la réalité économique. Les salariés conservent leurs emplois à mi- temps. Leur salaire est compléter par des primes de chômages ou d’emploi. Cela à le mérite de maintenir les contrats de travail, donc le taux de chômage et de réduire les charges sociales qui auraient augmenté s’il y avait eu licenciement.

Deuxième cause, le manque de financement des entreprises surtout les PME qui constituent le tissu économique des sociétés. N’étant pas côtés, elles ne font pas de grand bénéfice et sont souvent des sous-traitants de grosse entreprise. L’effet domino évident est que lorsqu’une grosse entreprises d’un secteur part, c’est toutes ces PME de se secteur qui licencie. La solution au problème est le prélèvement d’impôts sur le placement financier des sociétés pour mieux les repartir sur le financement des PME. Les grosses entreprises font des bénéfices record même dans la crise actuelle, et pourtant il y a licenciement. La fiscalité sur cet épargne d’entreprise non productive va permettre donc de fiancer les PME qui Elles n’ont pas accès au marché financier pour asseoir l’emploi. Cette taxation des plus value va exacerber les placements à l’étranger. La solution est la lutte radicale contre les paradis fiscaux de toutes sortes. Car il n’est pas admissible que des entreprises font leur beurre dans un pays et se soustrait aux contributions sociales nécessaires à tous.

La troisième cause est celle liée aux emplois dans la construction et  dans la santé. Comment peut on comprendre que des petits hôpitaux de campagne, des officines de pharmacie ferment, alors que l’on dénombre un manque de personnel médical ou carrément du personnel au chômage.

De même comment comprendre que les loyers soit si chers, l’accès à la propriété privée exorbitant alors que les gens du bâtiment souffrent de contrat de construction. Ce ci bien sur est un non sens.  Il est à dire que les propriétaires en lobby font pression sur les états pour ne pas accroître le nombre des constructions. Comme toute grosse entreprise, ils mettent des barrières à l’entrée  pour éviter la dilution de revenu. Or l’état se doit de gérer l’Etat de manière macroéconomique et non de manière microéconomique. La solution est que l’état au-delà de ces groupes de propriétaires  facilite les constructions collectives qui  créeront des milliers d’emplois. Quant au financement, il n y a pas à se poser la question puisque les loyers prélevés chaque mois permettront d’amortir le financement.

Conclusion

Nous avons dit que les solutions de rafistolage actuel de l’emploi ne peuvent continuer. Les sociétés humaines surtout au nord sont rentrées dans une phase de déclin que les tendances d’union libre actuelle ne vont pas améliorer. Le déclin aujourd’hui est le fait peut être de trop de liberté sur tout les plan même celle des institutions financières de soutenir ou de ne pas soutenir le projet social d’une entreprise, d’une nation. Il est alors nécessaire pour les états de revoir le mode d’organisation de cette société. Il y a un problème dans le circuit économique que l’état en tant que « fluidificateur »  et coordinateur du circuit doit solutionner au plus vite. Il n’y a pas de position attentiste comme les entreprises à avoir en matière de croissance. Elles raisonnent de façon microéconomique et poussent les dirigeants des états à faire de même.

Ainsi les gouvernements en concertation avec d’autre  doivent prendre les bonnes décisions celles qui sont essentielle au développement des nations car elles sont un préalable aux d’objectifs,  aux actions, ainsi qu’aux ressources à déployer.

Publicités

A propos Johnson Asseu

Licencié en gestion des sociétés, je bénéficie d'une expérience comptable de 5 ans, d'une expérience dans la gestion patrimoniale de 4 ans. Vous avez des problèmes de comptabilité , de prospection commerciale, de marketing opérationnel, de fidélisation des clients... Je suis à vos côtés pour vous apporter, peut être, expériences, savoir faires et méthodologie dans le développement de vos affaires.
Cet article a été publié dans Economie générale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s